Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Par la ville. Le Boeuf

 

Par la ville. Le Bœuf.

Je suis allé voir le soubassement du « Bœuf ». C’est ainsi qu’on désigne pour aller plus vite la future fontaine de M. et Mme Girard de Vasson née Guerbigny, aux Champs Elysées.

On sait que le groupe central est « La vie aux champs » est en ce moment exposé au salon des Artistes français, où le chroniqueur du « Journal de Saint-Quentin » aura sans doute l’occasion de l’aller contempler.

Jusqu’ici les journaux parisiens sont sobres d’appréciations. D’ailleurs les Salons perdent de leur importance ; on y va toujours, mais on s’en occupe moins.

L’art pour médailles, rubans et palmes ne passionne plus.

C’est donc à Saint-Quentin qu’il faudra voir le « Bœuf » dans son cadre et non à Paris au milieu des petites nymphes délurées du Grand Palais, aux sentiments desquelles cet honnête bœuf d’ailleurs ne peut rien contempler.

Quoiqu’il en soit, son sous-socle l’attend à Saint-Quentin. Il a été confectionné avec soin par M. Jupin, entrepreneur, sous la surveillance de M. Lebègue, architecte.

Le terrain des Champs Elysées est du « cran boulant », du  remblai, car là étaient les grands fossés qui longeaient la courtine dite de Remicourt. Pour ne pas aller chercher à des profondeurs considérables (de 9 à 12 mètres) le bon sol, on a préféré construire une sorte de radeau en ciment armé sur lequel s’est élevé « l’âme » du groupe sculpté et sur quoi s’appuieront les piliers qui diviseront l’exhèdre.

Ce ciment armé est une merveilleuse chose ! On a fait uns sorte de treillis en fil et baguettes de fer qu’on a encaissé dans des planches et l’on a entassé là-dedans du mortier de ciment mélangé de cailloutis. Et tout cela forme un bloc indestructible.

Il n’y a plus qu’à amener de Paris le groupe du Bœuf, du bon sculpteur Theunissen, à appareiller et sculpter les pierres dures qui serviront à l’architecte, M. Dupart, pour réaliser sa composition décorative et ornementale et ainsi sera  faite la fontaine Girard de Vasson.

L’eau- toujours la même, car une pompe mue par l’électricité la renverra tout le temps ce qui, quand on y songe, est très comique- s’en épanchera certainement avant la fin de l’année courante.

Lebadaud

Juin 1913

Le journal de Saint-Quentin

B.M. Fonds local.

                                             Construction de la fontaine en 1913

Retour en haut