MENU

« Mon grand-père, ce héros de la DER des DERS...parmi tant d’autres ! »

Articles / témoignages / « Mon grand-père, ce héros de la DER des DERS...parmi tant d’autres ! »

                                        par Frédéric Loutte. (1er octobre 2017)

Que sont 6 pages au regard de 6 ans de souffrances ?

                                                      Julien THILLIEZ

Né le 7 octobre 1890 à Saint-Quentin. Aisne. France.

Sursis d’incorporation ajourné en 1911

Incorporé le 8/10/1912 au 155 è RI. N° recrutement 989

Entré dans la réserve active le 1/10/1913

Mobilisé le 2/08/1914

CAMPAGNE D’ALLEMAGNE   2/08/1914 - 21/05/1915

  Bataille des frontières : Front ouest.

Mobilisé au sein du 156ème Régiment d’Infanterie, qui fait partie de la 78ème brigade d’infanterie, rattaché à la 39 è division d’infanterie, et appartient au 20 è corps de la 2ème armée. Le 156ème RI est constitué de 3 bataillons en 1914. Il appartient à la 11ème compagnie.

Julien part pour la Lorraine dès le 3 Août. Cantonné à Toul jusqu’au 19 Août, il prend part à la première bataille de la guerre à Morhange du 20 au 23 Août. En position dès le 20 à 6 heures du matin. Victoire allemande.

Saulxures. Participe. Bataille de Drouville du 25 Août. Les troupes allemandes sont refoulées.    Puis Juvrecourt et Xanray.

 Blessé au bras gauche à Crévic le 5 septembre.

 Bataille du Grand Couronné le 6 septembre.

Bilan humain :

Pertes 206 515 Français (20 253 tués, 78 468 blessés et 107 794 disparus)            

           136 417 Allemands (18 662 morts, 89 202 blessés et 28 553 disparus)

 Le 16 septembre à La Vaux-Marie (Meuse) est « Mort pour la France » mon grand-oncle Auguste Loutte. Il venait d’avoir 24 ans. Comme Julien, il était de la classe 1890.

COURSE A LA MER.

Dans la Somme : Batailles de Gruny, Mametz et Fricourt.

Où ? (Reste à préciser au sein de quel bataillon).../... Fouquescourt

25-29 septembre Albert, Arvillers

3 octobre : Souastre

4-5 octobre : combats à Hébuterne

31 octobre : Monchy au Bois

Pendant les batailles du mois d’octobre plus de 10 000 soldats français sont enterrés dans les cimetières communaux du Nord –Pas-de-Calais, un millier à Monchy-au-Bois et à Neuville-Vitasse, plusieurs centaines à Hébuterne, à Saint-Laurent-Blangny, à Vermelles.

En Belgique : -Bataille des Flandres :  Langemarck (21-23 octobre),

                                                                   Bataille de l’Yser (29-30 octobre)

                                                                   Messines (31 octobre-2 novembre),

                                                                   Zonnebecke (23 octobre-13 novembre)

1915           

Seconde bataille d’Ypres. Première attaque allemande au gaz ypérite (d’où son nom) le 22 avril.

                                                                    Saint-Julien (24 avril-4 mai)                                                                              

                                                                    Frezenberg (du 8 au 13 mai)

                                                                    OÙ ?

Offensive d’Artois : Bataille d’Arras : « La trouée » le 9 mai 1915, le 20e Corps enlève

La Targette, et conquiert une partie de Neuville Saint-Vaast après de violents combats. Il réussit à s'emparer du cimetière, le 11 mai, mais ne gagne que peu de terrain à l'est du village.

Pertes du 156ème RI : 1300 hommes

 Il est relevé et part en permission.

CORPS EXPEDITIONNAIRE D’ORIENT.

Julien passe au 176ème RI le 22 mai. Il est affecté à la Division d’instruction navale du Corps Expéditionnaire d’Orient. (CEO) Le 176 è RI fait partie de la 3ème brigade d’Orient, transformée le 29 avril 1915 en 2ème division du CEO.

 Le 15 juillet, Julien embarque pour les Dardanelles.

(Les 30 et 31 Juillet, Compiègne est bombardée. La maison de commerce de mes arrière-grands-parents maternels est fortement endommagée en centre-ville)

Front d’Orient : Du 6 au 8 Août, il participe en Turquie à la bataille de Sulvia.

Front de Grèce : Le 5 octobre, il débarque en Grèce à Salonique, accompagné des Irlandais de la 10 è division britannique sous le commandement français du général Sarrail. Le 176ème RI redevient le 156ème le 15 octobre.

Il combat en Serbie où, le 11 novembre, il est blessé à la cuisse gauche et au cuir chevelu.

Julien sera décoré de l’ordre royal d’Alexandre 1er de Yougoslavie.

Il aurait néanmoins participé à la campagne contre la Bulgarie du 21 novembre au 1er février où son carnet de campagne disparaît.

Il est évacué sur le navire-hôpital « Duguay-Trouin », fait une rotation en Egypte à Alexandrie. (Seule photo), et rentre en France le 23 janvier 1916. Il arrive au dépôt de Saint-Quentin le 11 février.                                     Bilan humain : 47 000 morts français du 24/04/15 au 11/01/16.

1916 : RETOUR SUR LA CAMPAGNE D’ALLEMAGNE.

BATAILLE de VERDUN

Le 2 mai 1916, après une permission qui prend une allure de convalescence, il arrive au Corps d’Armée à Verdun le jour où le général Nivelle prend le commandement du 2ème Corps d’armée. Ce repos sera fécond ...

Côte de Froideterre. Ravin de Louvemont.

Côte 304 (pertes du 156 è RI : 800 hommes) et Mort-homme (le bien-nommé...), Beaumont, Samogneux, région de Verdun les 20 et 22 août

Bilan humain : 750.000 tués, blessés et disparus. 1250 morts par jour pendant 302 jours.

BATAILLE de la SOMME

En septembre de la même année, on le retrouve à Maurepas sur le front de la bataille de la Somme, qui se termine le 18 décembre 1916.

Bilan humain : Les pertes totales de la bataille sont estimées à 1million 200 000 hommes, dont 420.000 dans le camp britannique et plus de 200.000 Français (1437 morts par jour) et 135 000 blessés. Côté allemand, 450.000 soldats ont été mis hors de combat. La bataille de la Somme est l'affrontement le plus meurtrier de la Grande Guerre.

1917 : CHEMIN DES DAMES

Déchiffrage de son « journal de campagne » en cours. (Sur la préparation des combats depuis Noël 1916)

Janvier-Février : Vauxcéré. Barbonval.

(En mars, mes arrière-grands-parents sont évacués vers la Belgique avec leurs enfants et plus de 42 000 autres Saint-Quentinois. A leur retour en juin 1919, ils constateront que leur maison a été pillée, comme 80% des habitations)

Avril : Moussy, Vendresses, Bray en Laonnois, Carrière de Froidmont (carrière de pierres de construction exploitée depuis le Moyen Age qui fut occupée, selon la date, par les soldats allemands, français et américains, comme abri souterrain. Les sculptures réalisées par ces derniers sont classées aux monuments historiques depuis 1998. Près de la carrière se trouve le Mémorial de la 26e DI US.)

Les Grelines

Les Vauxmaisons 16 Août 1917 ?  Lorraine, de juin à Novembre : secteur de Pont-à-Mousson

Lors d’un assaut il est allé relever, au péril de sa vie, son capitaine blessé qu’il ramena dans la tranchée. Pour cet acte de bravoure, Julien est cité à l’ordre du régiment 120 le 21 Août « Bon soldat, ayant toujours accompli son devoir ». 

Il recevra la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Bilan humain : du 16/04 au 24/10/1917

France : 187 000 morts ou blessés          

Allemagne 163 000 morts ou blessés

1918

De janvier à Mars : VERDUN : Côte 304

Groupement général des forces sur le front occidental, de début mars au 15 mai, pour faire face à l’offensive de l’armée ennemie renforcée de plusieurs centaines de milliers de soldats revenant du front de l’Est, devenu inutile suite au traité de paix de Brest-Litovsk.

Offensive « Ludendorff surnommée Kaiserschlacht (bataille du Kaiser)

Le 11 mars, Julien subira une intoxication et des brûlures par le gaz ypérite, ainsi qu’une blessure à l’orteil gauche.

FLANDRES :

9 avril-20 mai : Bataille de Kemmel

                            Le Scherpenberg

SECONDE BATAILLE DE LA MARNE

Le Chemin des Dames (27 mai-4 juin 1918) Condé sur Aisne, Corcy.

18-28 juillet : Offensive de l'Aisne

        Offensive du général Degoutte (VIème armée) entre l'Ourcq et la Marne.

       Cette offensive s'appuie sur 9 divisions dont 3 américaines

       Secteur de Saint-Mihiel

21 juillet 1918 : bataille de Château-Thierry

29 juillet 1918 : bataille du Tardenois

6 Août : Fin de la seconde bataille de la Marne

7 Août : Promotion : Julien passe soldat de 1ère classe ... Il était temps...Heureusement qu’il ne l’attendait pas...et qu’il ne l’avait jamais attendue !

26 septembre- 4 octobre 1918 : La bataille de Champagne-Argonne, Sampigny, Liouville, forêt d’Apremont, Bois de Haudronville.

11 novembre 1918 : ARMISTICE

Le 19 novembre 1918 dans l'après-midi, le 156e RI défile dans Metz pavoisée, à la suite du 146e RI (régiment frère). Les régiments sont précédés par le maréchal Pétain, les généraux Fayolle, Bruat, Féraud et Pougin (chef de la 39e division d'infanterie), escortés par des cavaliers du 5e régiment de hussards et des Chasseurs d'Afrique. Ils défilent alors de Montigny à l'Esplanade devant la statue du maréchal Ney, sous l'acclamation de la foule.

Un monument dédié aux 485 morts des 156e et 160e RI se trouve dans la nécropole nationale de Marœuil près d’Arras. Ce monument rend principalement hommage au commandant Georges LILLEMAN, chef de bataillon au 156e RI.

Le 156e régiment d'infanterie est rassemblé dans les casernements de Metz et de Toul.

Le 16 juillet, à Morhange (retour à la case « Départ »), le capitaine de la 11 è compagnie lui accorde la somme de 3,75 francs (4 euros) pour l’ouverture d’un livret à la Caisse Nationale d’Epargne...

Le 21 Juillet 1919, après différentes opérations de maintien de l’ordre et de surveillance des frontières, Julien est mis en congé illimité de démobilisation après avoir reçu un pécule de 339 francs. (37 euros ...)

Il se marie le 20 septembre 1920 avec Suzanne Potentier qui donnera naissance à une fille unique, Edith, le 11 mars 1922, ma mère.

Décorations, médailles et citations.

Croix de guerre avec étoile de bronze.

6/04/1927 : Insigne commémorative d’Orient et des Dardanelles.

Extrait du courrier du 94ème RI de Bar-Le-Duc :  Nota bene du commandant : « Il appartient aux ayants-droits de se procurer l’insigne à leurs frais.

Cet insigne est mis en vente dans le commerce. »

 Note écrite par sa fille Edith (ma mère décédée en 2010) sur ce courrier : « Quelle honte ! »

10/11/1930 : Diplôme émanant de la chancellerie de SM Alexandre 1er, roi de Yougoslavie, sur proposition du ministère de la marine, base d’Ukase, au 1er décembre 1920 ; soit 12 ans après la fin de la guerre.

Médaille militaire. Concours année 1931 n°1444, décret du 13 06 1932. Journal officiel du 23 06 1932 avec pension de 100 francs par semestre s’y rattachant (soit 16.66 francs par mois, l’équivalent d’à peine 10 euros) ... 14 ans après la fin de guerre...il ne touchera cette pension finalement que pendant 7 années.

16/04/1934 : Croix du Combattant

Julien décédera le 20 janvier 1940 d’une embolie pulmonaire, consécutive au gaz ypérite inhalé aux cours des différents combats, les premiers sans masque. Lien de causalité non établi et non reconnu avec cette pathologie à l’époque.

Qu’il repose désormais en paix !

Commentaires

Laisser un commentaire