Société Académique de Saint-Quentin

Rue des Canonniers

Articles ❯ Les rues, les avenues, les places, etc...

Rue des Canonniers

       Situation de la rue au XVIème siècle sur un plan de Charles Gomart

      Porte de l'ancien Hôtel de la compagnie des Canonniers-Arquebusiers

Elle commence place de l’Hôtel de Ville et finit rue d’Aumale. Dénommé à la Révolution, « rue de la République », elle avait aussi autrefois de la place à la rue de la Comédie  pour nom « rue des Faucilles » et ensuite jusqu’à la rue d’Aumale « rue au Charbon » où il y avait un marché ainsi dénommé. Son appellation présente  lui vient de la compagnie des Canonniers-Arquebusiers qui y avait leur hôtel à la fin du XVIIème siècle au n° 21 actuel. Un pensionnat de Jeunes filles (Dournel) occupait celui-ci, à la fin du XIXème. En bas de la rue se trouvaient  à gauche une maison de refuge qui deviendra le béguinage Gobinet ou Saint-Martin et à droite le puits de « l’Arquebuse ».

La rue était surtout habitée par des notables. Le n° 7 actuel a accueilli Bonaparte, 1er consul, lors de sa visite concernant le canal en 1802. Pierre Séret, maire de 1941 à 1943 y résidait.

Le n° 9, hôtel des Joly de Bammeville, industriels du textile, le reçu encore en 1810 en tant qu’empereur et ensuite en 1833 Louis-Philippe. L’immeuble abrite aujourd’hui la bibliothèque municipale.

Le n° 15 était la propriété de Mr Duez, marchand de toiles, ancien conseillé des Cinq-Cents sous le Directoire et sous-préfet. Actuellement un hôtel qui a pris le  nom de la rue s’y trouve.                                             

Le n° 22,  bâti en 1711, appartenait à la Famille Du Moustier-Le Serurier où naquit le général Pierre Du Moustier. Mais il risque de disparaître, vu son état d’abandon.

Au niveau des rues Voltaires et de la Comédie - Bibliothèque municipale au n°9

                                            

                                      Ancien Hôtel de la famille Du Moustier-Le Sérurier

 

 

 

 

Retour en haut de page