Société Académique de Saint-Quentin

Le Journal de Saint-Quentin paraît trois par semaine

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois

Le Journal de Saint-Quentin paraît trois fois par semaine.

 

AVIS DE L’EDITEUR A SES ABONNES

 

Dans sa séance du mois de juillet, l’Assemblée a rétabli le timbre sur les feuilles périodiques. A la suite de cette mesure fiscale, les Editeurs ont élevés le prix des journaux sur tous les points de la France.

Avant de les imiter, nous avons recueilli les avis, pesé les objections, écouté les conseils de nos amis.

Beaucoup d’Abonnés, alléguant l’importance toujours croissante du Journal de Saint-Quentin, insistaient, depuis longtemps, qu’il parût trois fois par semaine. Après mûre délibération, nous nous sommes ralliés à leur opinion, et, à partir de ce jour, le Journal de Saint-Quentin paraitra le Mercredi, le Vendredi et le Dimanche, aux prix suivants ;

17fr. pour la Ville.

18fr. pour la Campagne et les départements limitrophes.

21fr. hors des départements limitrophes.

En supposant qu’il ne parût que 2 fois, comme par le passé, le rétablissement du timbre eut élevé nos prix à :

16fr. pour la Ville

17fr. pour la Campagne et les départements limitrophes.

20fr. hors des départements limitrophes.

En comparant ces chiffres, on verra qu’en réalité, nous nous engageons à servir un troisième Numéro, moyennant l’insignifiante augmentation d’un franc par an, - soit huit centimes 3 millimes par mois !

Ce médiocre accroissement ne couvrira pas les frais que cette innovation nous impose. Mais, en égard à l’augmentation motivée par le rétablissement du timbre, nous avons voulu offrir une compensation à nos Abonnés. Nous espérons que, par leur fidélité et leur exactitude, ils nous dédommageront de ce nouveau sacrifice.   

Nota : Nos nouveaux prix ne commenceront à courir qu’à dater d’aujourd’hui 1er septembre 1850.

Pour simplifier la comptabilité, nous ne demanderons aux Abonnés dont l’abonnement est antérieur au 1er septembre 1850, qu’une augmentation de vingt centimes par mois à échoir, si elles résident dans la ville ; de quinze centimes, si elles résident à la campagne ou dans les départements limitrophes, et de vingt-cinq centimes, si elles résident hors des départements limitrophes.

Prenons un exemple : l’abonnement de M. A…, canton de Ribemont, expiera le 1er janvier 1851 ; il reste 4 mois à courir, l’augmentation totale sera donc, pour ces 4 mois, de 60 centimes.

Journal de Saint-Quentin. Septembre 1850

Médiathèque. Fonds local.

Retour en haut de page