Société Académique de Saint-Quentin

L'Hôtel-Dieu.

Articles ❯ Saint-Quentin à travers les cartes postales

 

L'Hôtel-Dieu.

 

 
Beaucoup d’archives sont lacunaires et il est un peu difficile d'en retracer l’historique.
Ce serait en 1561 que Catherine de Médicis aurait décider de fusionner tous les hôpitaux de Saint-Quentin et de ne conserver que l‘hôpital Buridan qui devient l’Hôtel-Dieu.
En 1654, l’Hôtel-Dieu c’était deux salles l’une pour les hommes et une autre pour les femmes. Une simple grille de bois les séparait. Les malades couchaient à deux ou trois par lit. Il y avait 45 malades qui étaient soignés par douze religieuses.
Après 1810, l’hôpital allait devoir s’agrandir au même rythme que la population de la ville augmentait avec un orphelinat, hospice, maison des mères, dispensaire …
La salle pour les femmes était alors au rez-de-chaussée et celle des hommes au premier. De nombreuses fenêtres avaient été percées pour le renouvellement de l’air.
En 1914, l’entrée se trouvait dans la rue Émile Zola, alors rue Saint-Martin.
La chapelle existait depuis 1628, elle était sous le vocable de Saint-Louis. Le bâtiment était en briques, le toit et le clocher en ardoises. Deux vitraux donnaient sur la rue Émile Zola.
Le 14 mars 1908, suite à la séparation des Églises et de l’État, les religieuses étaient chassées de l’Hôtel-Dieu, elles qui soignaient les malades depuis plus de mille ans. La chapelle est alors désaffectée. Elle ne fut pas détruite pendant la guerre.
Retour en haut de page