Société Académique de Saint-Quentin

Orphelinat et hospice Cordier

Articles ❯ Saint-Quentin à travers les cartes postales

Orphelinats et hospices Cordier

 

Le docteur Hilaire Cordier meurt le 16 mars 1886 sans descendant. Il lègue aux hospices de la ville une somme d’un million de francs pour la construction d’un orphelinat et d’un hospice qui porteront son nom.

En 1885, la ville avait déjà élevé des baraquements destinés aux malades contagieux et aux garçons orphelins, rue St-Phal devenue rue du Docteur Cordier, en souvenir de ce bienfaiteur.

En 1887, Joseph et Charles Chérier conçoivent le projet. Ils veulent pour ces établissements de grandes baies pour que le soleil pénètre dans les salles. Deux pavillons seront construits d’abord celui des garçons ensuite celui des filles puis on ajoutera un bâtiment pour la direction et enfin un autre pour un instituteur et un surveillant.

Les hospices pour les vieillards n’arriveront que vers 1893. Une chapelle séparera les orphelines des vieilles dames.

Les orphelinats et les hospices seront détruits pendant la guerre. Ils seront reconstruits chemin de Fayet

Ces bâtiments firent l’admiration des journalistes.

 

 

Retour en haut de page