Société Académique de Saint-Quentin

Epidémie cholérique à Saint-Quentin en 1849

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois

Epidémie cholérique à Saint-Quentin en 1849.

 

L’épidémie cholérique à Saint-Quentin est encore assez bénigne ; mais le bruit public exagère son importance. Nous publierons régulièrement le relevé officiel du mouvement de la maladie à Saint-Quentin et dans l’arrondissement. Nous le croyons de nature à faire cesser des craintes excessives.

Jusqu’au 21 août, le nombre de cas de choléra était de 356. Le nombre de décès, de 205 ainsi distribué :

Saint-Quentin. – Nombre de cas – 97. –  Décès 73

Vendhuile                                           16                    8

Ribemont                                            45                 21

Séry                                                      33                 16

Flavy                                                    30                 20

Jussy                                                  131                 83

Dury                                                       4                   4

Depuis le 11 juin 1849, jour où le choléra s’est montré à Saint-Quentin, jusqu’au 21 août au soir, le nombre des malades atteints de cette affection et reçus à l’Hôtel-Dieu a été de 68

Il en est mort  54

Sortis guéris      24

En traitement    10

Depuis quelques jours, les cas sont moins graves et les guérisons d’autant plus faciles que les malades sont apportés à une époque plus rapprochée de début de maladie.

Le chiffre des morts à domicile dans le même espace de temps par le choléra, a été de 70.

Par arrêté, en date du 23 août, M. le maire de Saint-Quentin a enjoint aux habitants d’arroser tous les jours à 3 heures de l’après-midi, le devant des maisons, boutiques et autres emplacements, de laver à grande eau les ruisseaux et de faire écouler ces eaux.

La cloche du beffroi annoncera l’heure de cette opération. Il est en outre expressément défendu de faire et de laisser couler dans les rues et places de la ville par les éviers ou des ruisseaux, les eaux grasses ou sales provenant de l’intérieur des maisons.

Journal de Saint-Quentin. Août 1849.

Médiathèque. Fonds local

Retour en haut de page