Société Académique de Saint-Quentin

La louve d’Homblières

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois

La louve d’Homblières

Il n’y pas quinze jours qu’un loup a été tué dans le bois d’Homblières ; hier encore, un des ces dangereux animaux a eu le même sort. Seulement, cette fois, ce n‘est plus un loup, c’est une louve, et une louve pleine que nous avons vu conduire au bureau des primes.

L’adresse et le bonheur des chasseurs d’Homblières sont dignes d’être cités. Cette louve avait été aperçue quelques jours auparavant, mais les chasseurs de ce pays sont trop habiles pour s’aventurer en temps inopportun. Ils attendaient donc une température convenable, mais on était tellement certain du résultat de la battue, que, d’avance, pendant que le louve se prélassait dans les taillis, sa peau avait été vendue, livrable à la première neige. En dépit de la fable de l’ours, le marché s’est bien et dument accompli ; hier, la neige avait à peine mouillé la terre, que la louve était abattue.

Nous ne nous rappelons pas parfaitement le nom du chasseur qui a fait ce beau coup.

Le Guetteur. Dimanche 26 mars 1837.

Médiathèque. Fonds local.

Retour en haut de page