Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin dans la tourmente ❯ Sous la Botte (53)

Sous la Botte (53)

LA MÉDAILLE DES AMBULANCES.

À la fin de mai, au moment de la fermeture des derniers hôpitaux français, le prince de Salm avait dit à M. Blondet que l'autorité allemande désirait offrir des « témoignages de reconnaissance aux dames qui avaient soigné des blessés allemands. » Il avait, d'ailleurs, laissé entendre qu'il s'agissait bien de dames, au sens mondain du mot. Ainsi, à la Charité, il envoya 2 000 francs. La supérieure – pourtant bien à court – ne voulut pas de cet argent et dit aux jeunes filles de la Persévérance qui avaient fait les besognes, grosses ou petites, de l'ambulance, de se le partager.

Après enquête, le prince désigna deux « dames » par établissement et l'on fit graver et tirer une m édaille d'argent (coût : 2 000 francs) qui n'a rien d'un chef-d'œuvre : une grande femme drapée et voilée recevant deux blessés dévêtus à l'antique, donnant à boire à l'un et posant sa main sur le bras en écharpe de l'autre. Au revaers, une couronne de roses avec épines et cette inscription : « Merci pour les blessés – Saint-Quentin – 1914-1915. »

Donc, le 19 octobre, un peu avant 11 heures, arrivent dans la salle à la Grande-Cheminée les « dames ». » Elles entrent timidement. M. Gibert les prie de rester debout pour n'avoir pas à se lever quand entrera le général allemand. Von Nieber a mis toutes ses décorations (neuf médailles, un ordre au cou, dix plaques et crachats) et a décapuchonné son casque qu'il porte à la main. Il s'incline en demi-cercle et murmure : «  Mesdames, j'ai l'honneur... » Sur la table, un officier dispose lesécrins qu'il ouvre. À droite et à gauche de von Nieber sont assises deux Excellences du service hospitalier, dont l'une d'une laideur rare.

  M. Gibert, quoique enrhumé, fait les présentations. Le gén éral se campe et : en avant, marche ! Il lit non sans reprises, repentirs, ânonnements, liaisons fâcheuses et prononciation fantaisiste le morceau suivant qu'il a composé lui-même, car il a des prétentions au français qu'il parle mal et ne comprend pas :

« Mesdames,

« J'ai l'honneur de vous saluer et de vous remercier d'avoir bien voulu venir ici. Par votre courage sacrifiant que vous avez exercé en soignant infatigablement les soldats blessés et malades dans les hôpitaux de Saint-Quentin, vous avez le droit à la reconnaissance la plus sincère des personnes bienveillantes.

« Par votre dévouement et vos soins que vous avez donnés aux soldats blessés pour la patrie, vous avez conservé la vie à beaucoup de ces braves héros et adouci leurs grandes douleurs.

« Dans les temps graves de cette horrible guerre, de pareilles œuvres de charité rayonnent d'une splendeur la plus brillante. Elles nous font connaître que de nobles dames savent calmer les douleurs de l'humanité par leur secours, résultant d'un sentiment religieux dont elles font participer d'une manière également récréante aussi bien les soldats étrangers que leurs propres et qu'elles introduisent de même l'idée de réconciliation aux nations belligérantes.

« Pour cette œuvre si paisible et quand même si efficace, vous avez mérité ; Mesdames, les remerciements les plus sincères de tous ceux que vous, comme bienfaitrices, avez su soulager aussi bien que tous ceux qui ont à surveiller les hôpitaux militaires.

« Si vous n'avez pas attendu que notre reconnaissance bien éprouvée sera accompagnée par un acte extérieur, vous possédez sans doute dans votre propre cœur l'heureux sentiment d'avoir rempli votre devoir, je vous prierai d'accepter quand même comme souvenir à vos éminents travaux une médaille qui a été frappée expressément à ce but en peu nombreux exemplaires et qui sera distribuée uniquement dans votre milieu. »

La forme est amusante dans son incorrection tudesque, mais le fond est d'un gentilhomme. On fait l'appel ; pour Jeanne d'Arc : Mesdames Basquin, Blondet, Faucheux et Comte, pour Penet : Madame Desjardins ; pour les Augustines : la comtesse de Caffarelli ; pour les Femmes de France (Theillier et Vauban) : Madame François  Hugues, Mademoiselle Black, Mesdames Gibert et Dessin ; pour la Charité : Mesdames Pasquier et Langlait ; pour la Croix : Mademoiselle Chesneau, mesdames Jacques Jourdain et Delattre ; pour le Lycée de jeunes filles : Mesdames Larcher et Trocmé ; pour le Lycée de garçons : Madame Briois, pour l'Hôtel-Dieu : Mesdemoiselles Garet et Forêt. Madame Trocmé a quitté Saint-Quentin ; Madame Larcher s'est fait excuse ; Mademoiselle Forêt est morte ; Mademoiselle Garet est en retard ; Madame Delattre, dont le mari est au front, ne se présente pas…

Chacune des dames s'avance à l'appel de son nom et reçoit l'écrin ouvert de la main du général qui s'incline légèrement.

Puis l'Excellence ses étapes remet un exemplaire de la médaille à chacune des Excellences de lazarets et une aussi au maire qui se défend et affirme qu'il n'a jamais été infirmier. Enfin, il en est déposé une pour les collections de la Ville. Von Nieber a pensé à tout !

C'est un ennemi galant qui voudrait être aimé pour lui-même, en quoi il a bien raison, car il ne peut prétendre l'être pour le régime qu'il représente et la race qu'il incarne.

Retour en haut