Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin dans la tourmente ❯ Sous la Botte (82)

Sous la Botte (82)

NOTULES.

L'heure allemande. - Une affiche nous peine : la France aurait adopté l'heure allemande ! Quelque député aura trouvé et prouvé en paroles qu 'en donnant un coup de pouce au soleil, on réaliserait des économies de bouts de chandelle. N'ayez pas peur : un statisticologue allemand, encore plus ferré, démontrera qu'en violant le soleil une heure plus tôt, on fera le double d'économies et nous jouirons alors à Saint-Quentin, de l'heure de Saint-Pétersbourg. Relisons, du délicieux Voltaire, L'homme aux quarante écus. Mais quelle honte pour nous ! Personne n'y songe…

(Je ne savais pas si bien dire. Que la petite aiguille de l'horloge de l'Hôtel de Ville ait été avancée de soixante minutes et mise au pas de parade, cela s'expliquait : l'armée occupante conservait son heure d'origine pour ses communications officielles et son centre nerveux restait Berlin, et c'est près de Berlin, dans une petite ville de Poméranie, que passe le méridien du fuseau horaire de l'Europe centrale. Mais voilà que le 1er mai 1916, les Allemands se mirent à fabriquer une heure d'été, c'est-à-dire à avancer de soixante minutes l'heure existante qui était déjà de soixante minutes en avance sur le soleil ! L'ordre fut donné à la mairie et aux églises d'adopter cette astronomie incohérente et aux employés de commencer leur journée à 8 heures… Je note à la date du 20 mai : » Quand on ouvre après 8 heures du soir la fenêtre de sa chambre, par ces longs jours, l'impression est inattendue. La rue est déserte et c'est encore le plein jour. Volets fermés. Là où logent les Allemands c'est hermétiquement clos : il est, disciplinairement, plus de 10 heures du soir pour eux et le jour leur commence à 3 heures du matin. À la vérité, peu montrent le nez si tôt, mais le clairon sonne la diane : c'est le réveil officiel. Le canon tonne sans cesse au loin, rendant le silence immédiat plus terrible . Tout est d'un calme mortuaire. » Cette impression de la ville morte en plein jour et qu'on ne pouvait éprouver que de sa fenêtre est ineffaçable. Cela gênait tous les services des étapes et ceux de l'armée active aussi probablement, mais le triomphe de l'Allemagne étant la logique dans l'absurde, ça marcha.)

L'Allemand pendu. - Des gamins, jouant à la toupie, qui est le jeu de la saison – la guerre n'y peut rien – envoyèrent leur sabot dans la cave d'une maison inhabitée de la rue des Corbeaux. Ils s'y introduisirent et remontèrent en criant : - Il y a un Boche qui dort dans la cave ! Des voisins y descendirent et aperçurent un soldat qui s'était étranglé plutôt que pendu en se passant le cou dans une corde à moins d'un mètre du sol. Après bien des hésitations, on prévint la mairie. M. Lambert envoya un agent municipal comme pour faire une enquête sur un vol supposé, enquête au cours de laquelle le cadavre fut censément découvert. Cela passa.

Gimprecht. - Condamné à sept ans de réclusion par la cour d'assises pour banqueroute frauduleuse, Gimprecht avait fait appel et attendait patiemment. Les Allemands arrivèrent. Gimprecht continua d'attendre. Cependant le 15 avril 1916, il aperçut une échelle qu'un nettoyeur de carreaux avait abandonnée là, en laissant par surcroît le chemin de ronde ouvert. Vu sa bonne éducation et la nature assez distinguée de son crime, Grimprecht était chargé de petites missions de confiance et jouissait d'une certaine liberté . Il prit l'échelle et fit signe à un camarade, Lefèvre, de l'accompagner comme pour un service commandé. Ils appliquèrent l'échelle contre la grille de la façade et passèrent sans aucune difficulté, s'asseyant même un instant, images vivantes de la loi, sur deux des quatre boules de pierre qui ont donné son nom populaire à l’établissement : « l'Hôtel des Quatre-Boules. » Le gardien-chef, M. Courbe, était un homme plutôt ennuyé, mais le lendemain, il vit rentrer ses pensionnaires, très penauds. - On sort facilement de la prison, lui dit Gimprecht, mais on ne peut pas sortir de la ville. Plutôt que de mourir de faim, nous réintégrons…..

Philologie. - La fournisseuse d'œufs de la kommandantur, une brave Picarde d'Homblières, était vitupérée par un officier qui trouvait qu'elle n'en apportait pas assez. À la fin, agacée, elle s'écria : - Vous li direz à vot' kommandantur q'ses œufs je n'peux pas les kier.

L'officier, quoique se disant philologue, fut très intrigué par ce mot. Il consulta un dictionnaire, n'y trouva pas satisfaction et s'adressa à mon ami J.B…, chez qui il logeait. - Cela veut dire les faire, répondit poliment M. B… - Cela est exact, dit gravement le philologue allemand, mais je ne vois pas, dans le dictionnaire, la racine du mot. - C'est qu'il y a un trou, conclut M. B…

__________________________________


 

Retour en haut