Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les cimetières ❯ Sépulture Émile Pierret

Sépulture Émile Pierret

Émile Pierret est né à Crécy-sur-Serre le 17 janvier 1891.  Issu d’une famille d’ouvriers, il se marie à Marle, le 6 février 1912 avec Laure Célina Boutreux. Ils auront deux fils Arthur (décédé à l’âge de 6 ans) et Raymond. Il participe pendant  la Grande Guerre aux batailles de Salonique. Il en reviendra blessé et malade. Il adhère à l’Association Républicaine des Anciens Combattants et à la C.G.T.U. où il est très actif. Devenu monteur de lignes aux P.T.T., il deviendra chef d’équipe. Pendant la seconde guerre mondiale, il fait partie des F.T.P. et cachera chez lui des résistants. Il perd sa femme gravement malade en 1942 et son fils Raymond, âgé de 31 ans, qui avait rejoint le maquis, tué dans le Lot à Gabaudet, commune d’Issendolus, le 8 juin 1944. Émile Pierret participe à la libération de Saint-Quentin le 2 septembre 1944. Président du Comité Local de Libération, il sera Maire en attendant le retour du Docteur Claude Mairesse, (désigné comme Maire, mais qui ne rentrera pas de déportation). Il sera élu maire le 14 septembre 1944 jusqu’en 1947 et conseiller général le 23 septembre 1945. Le 25 octobre 1947, Marcel Bugain (S.F.I.O.) est élu devant Émile Pierret avec les voix du R.P.F., mais décède le 22 novembre 1949, remplacé par Henri Jacquemart R.P.F. qui tombant malade meurt le 10 février 1950. Émile Pierret est finalement réélu maire le 28 février 1950 jusqu’au 9 mai 1953. Conseillé municipal, frappé de cécité, il se retire de la vie politique et décède 18 février 1971. Il sera inhumé au cimetière de la Tombelle (3 – 4T-13) avec sa première épouse. Il s’était remarié le 17 janvier 1945 avec Amélia Flamand. Comme maire, il a eu à remettre à niveau tous les services, le matériel, les bâtiments et les écoles qui n’avaient pas été entretenus pendant l’occupation. Un boulevard porte son nom et celui de son fils.

Émile Pierret

 

Retour en haut