Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les cimetières ❯ Sépulture Arthur Gibert

Sépulture Arthur Gibert ( Villers-Cotterêt)

Sépulture d'Arthur Gibert à Villers Cotterêt  © Guy Viet

 

Arthur Gibert est né le 24 décembre 1863 à Lévignen , un petit village de l’Oise,  situé près de Crépy-en– Valois. Son père, Louis Eugène, est agriculteur. Il a trois fils et espère bien qu’ils vont continuer la tradition familiale. Mais l’un des trois va « tourner mal »... il va devenir ingénieur.

Arthur Gibert arrive à Saint-Quentin en 1888. Il loue une chambre place du 8 octobre avec son ami Paul Schmith. Avec l'aide de ses parents il arrive à acheter une maison rue Voltaire avec la possibilité d'y installer un atelier et un magasin. Il va fonder à Saint-Quentin un établissement d'installations électriques et acquérir une solide réputation. Il va gérer tout le secteur électrique de la vallée de l'Oise, de la région de Ham. C'est grâce à lui que très rapidement l'électricité va prendre un essor considérable dans notre département.

En 1912, il devient adjoint au maire, le docteur Müller.

Le 26 août 1914, Arthur Gibert accepte de prendre les fonctions de maire pour trois mois ... en fait il assumera cette tâche pendant 3 ans jusqu'au départ de tous les saint-quentinois en exode, le 18 mars 1917.

Le 27 août 1914,  il préside à la première réunion du conseil

Le 28 août 1914, les Allemands pénètrent dans la ville. En deux heures la ville était occupée par l'ennemi.

Chaque jour, il doit faire face à des difficultés de toutes sortes: des réquisitions de matelas , de cuivre, le ravitaillement en pain, viande et charbon , le salaire des fonctionnaires, le passage des troupes, les impôts fréquents, les amendes pour des prétextes futiles, les bons de ravitaillement, etc.

Le 28 février 1917, Arthur Gibert est convoqué à la commandature, il apprend par le comte Von Bernstorff que toute la population doit partir. Tous les hommes valides resteront en zone occupée tandis les femmes, les enfants, les vieillards (les bouches inutiles), iront en zone libre.

Arthur Gibert quittera la ville par le dernier train, c'est-à-dire le 18 mars 1917 et veillera jusqu’au bout à la sécurité de ses concitoyens.

Le 3 février 1919, Arthur Gibert est nommé Chevalier de la Légion d’honneur par décret du Ministre de l’Intérieur. Il était:

· Ingénieur électricien

· Conseiller municipal depuis 1912

· Membre du Conseil des Prud’hommes

· Membre du Conseil du travail

· Chargé d’étude pour la distribution de l’électricité dans le Saint-Quentinois

A fait preuve du dévouement le plus courageux et de l’abnégation la plus complète en administrant la ville dans les conditions les plus difficiles et souvent périlleuses pendant la durée de l’occupation.(Base Léonore)

Arthur Gibert quitte Saint-Quentin pour aller s'installer à Soissons où il meurt le 14 novembre  1932.

Il est enterré à Villers-Cotterêt dans le caveau familial.

 

Retour en haut