Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les rues, les avenues, les places, etc... ❯ Rue Victor Basch

Rue Victor Basch

Elle relie le haut de la rue Emile Zola à la place Edouard Branly (place du Lycée Henri Martin). Le 20 août 1946, on  lui a donné le nom de « Victor Basch », né à Budapest le 18 août 1863, professeur à la Sorbonne, Président de la Ligue des Droits de l’Homme, qui sera exécuté avec sa femme le 10 janvier 1944 par la milice de Lyon à Neyron dans l’Ain.

Elle s’appelait au XIIIème siècle : « rue du Vieux-Marché » entre la rue du Petit-Origny et la rue des Bouchers, du nom d’une porte de Saint-Quentin et pour l’autre partie : « rue Sainte-Marguerite », du nom de l’église qui s’y trouvait (voir article).

Elle deviendra ensuite : «  rue de Fervaques » avec l’établissement de l’Abbaye en 1648, « rue du Club » à la Révolution, puis « rue du Palais de Justice » lors de l’installation des tribunaux dans le bâtiment en 1830.

Au 15ème siècle, les Seigneurs de Jeancourt habitaient cette rue.

Le N° 15 était habité par le Baron d’Amerval vers 1860 et la mère des frères Le Sérurier y termina ses jours. Après la guerre en 1919, on y construira la Caisse d’Epargne actuelle.

Aux N° 25 et 27 résidait le Comte de Pardieu, député en 1791. C’est à cet endroit que naquit Louis François Charlemagne Paringault, bienfaiteur de la ville en 1808. En 1858, un marché aux sucres y fut établi, puis l’Hôtel Moderne et du Commerce.  Après avoir été une annexe de la Caisse d’Epargne, l’espace abrite aujourd’hui des services municipaux et l’Office du Tourisme.

En-tête de facture de l'Hôtel Moderne en 1920 (sources Archives départementales dommages de guerre)

Vestiges de la maison au n° 25, où naquit Louis François Charlemagne Paringault

 

 

Le N°4 fut successivement : une banque (Théry), une annexe du Lycée de Jeunes filles, la Caisse d’Allocation familiale, l’URSSAF et l’Hôtel des Impôts  en attendant une nouvelle destination.

 

 

                La rue Victor Basch en 2012 vue de la rue Emile Zola

Retour en haut