Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les rues, les avenues, les places, etc... ❯ Rue du Commandant Guy Biéler

Rue du Commandant Guy Biéler

                                  Situation de la rue sur un plan de 1950

Elle commence rue Jules Siegfried, en prolongement de la rue Condorcet et aboutit rue Aristide Briand. La caserne des Gardes mobiles, la résidence pour personnes âgées « La Boisselle », l’entrée de service du Lycée Pierre de la Ramée et le gymnase s’y trouvent.

Autrefois appelée « rue René Jourdain » du nom du propriétaire du lieu, elle devint  en août 1945 « rue du Commandant Guy Bieler »

Cet officier canadien, de son vrai nom Gustave Biéler est né le 26 mars 1904 à Beurlay en Charente-Maritime. Engagé en 1939 au Québec, il rejoindra l’Angleterre en 1940, puis les Services secrets britanniques, le Spécial Opération Exécutive (S.O.E.).  Il sera parachuté en France en novembre 1942. Blessé en se réceptionnant sur le territoire français, il sera soigné et restera à Paris jusqu’au 7 avril 1943, date à laquelle il arrivera dans la région de Saint-Quentin. Il créera le réseau de résistance « Musician Tell »  qui fera sauter de nombreux convois ferroviaires et des installations fluviales.

Appelé par ses compagnons, « Le Commandant Guy », il se fera arrêter par la Gestapo en janvier 1944 au « Café du Moulin brûlé » avec son opératrice radio, Yolande Beekman, dite « Mariette ». Après avoir été interrogé et torturé à Fresnes, il sera déporté en Bavière au camp de Flossemburg où il sera fusillé le 5 septembre 1944. Yolande Beekman sera, elle, exécutée à Dachau le 13 septembre.

 

                              

                                                             Commandant Guy Biéler

                                               La rue vue de la rue Jules Siegfried

                              Rue vue de la rue Aristide Briand

Retour en haut