Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les rues, les avenues, les places, etc... ❯ Rue Chantrelle

Rue Chantrelle

                 

                                            Situation de la rue sur un plan de Charles Gomart

 

 

                Située dans le centre de Saint-Quentin, elle relie le boulevard Henri Martin à la rue Jean de la Fontaine.

                C'était dans cette rue que se dressait la prison que les saint-quentinois appelait l'hôtel des quatre boules. Sa construction s'était achevée en 1841 et en 1852,  elle fut agrandie.  Il y avait à l'origine 41 cellules, le chiffre fut porté à 150.

                Pendant les deux guerres, la prison a été réquisitionnée par les Allemands.  

                En 1989, le maire M. Jacques Braconnier exprimait son inquiétude quant à la fermeture de cet édifice. En 1992, il eut un projet de construction d'un musée du saint-quentinois à son emplacement, projet qui ne vit jamais le jour. Les prisonniers sont partis à Laon et la maison d'arrêt a été démolie au début du XXIème siècle.

                L'hôtel des quatre boules a été remplacé par un immeuble et une supérette.

                Sur la façade d'une maison de cette rue, on peut voir un cadran solaire.

                Le Chanoine Jacques Chantrelle créa une fondation en 1664, le 27 avril. Il léguait au chapitre de l'église de Saint-Quentin, une rente de 450 livres qui devait être employé à marier trois ou quatre pauvres filles honnêtes de bonne vie et de religion catholique et sans reproche, prises et choisies dans la ville et banlieues de Saint-Quentin par les administrateurs du legs. tous les ans . Ce mariage fut célébré tous ans à la Pentecôte. Les mariées que l'on appelées les rosières étaient dotées d'une somme d'argent qui étaient en 1928 de 2000fr.

                Le cortège devait suivre un itinéraire bien précis. Il partait du Bureau de Bienfaisance, 18 rue des Plates-Pierres à 9h3/4, allait à l'hôtel de ville en passant par les rues de l'Abbaye d'Isle, Anatole-de-la forge, d'Isle, de la sellerie, Place de l'Hôtel de ville puis la Mairie.   pour aller à la Basilique, il empruntait la rue Saint-André.

                Cette manifestation a complètement disparu.

                                                                          Vue de la rue Jacques Lescot

Immeuble qui remplace "l'Hôtel des quatre boules" au croisement avec la rue Longueville

                                                               La rue vue de la rue Jean de la Fontaine

Retour en haut