Articles, photos, gravures

Articles ❯ Sur nos murs ❯ Plaque Edouard Branly, rue des Suzannes

Plaque Edouard Branly, rue des Suzannes

À Saint-Quentin, rue des Suzannes, une plaque apposée sur le mur du n° 1 attire notre attention. On y lit : « ICI SE SITUAIT LA MAISON HABITEE DE 1845 A 1862 PAR EDOUARD BRANLY - 1844-1940 - ANCIEN ELEVE DU COLLEGE ET DU LYCEE DE SAINT-QUENTIN QUI DECOUVRIT LE PRINCIPE DE LA TELEGRAPHIE SANS FIL »

Cette inscription nous dit qu’Edouard Branly aurait passé 18 ans à Saint-Quentin sur ses 95 d’existence. Désiré Eugène Edouard Branly est né le 23 octobre 1844 à Amiens. Son père, marié à Elisa Emilie Gillon  était Maitre d’étude au Collège royal d’Amiens. Edouard Branly père sera nommé en septembre 1845 professeur de grammaire au Collège des Bons Enfants à Saint-Quentin   situé à l’emplacement de l’actuelle Sous-Préfecture.  Le décès,  le 15 décembre 1846, de la sœur aînée d’Edouard, à l’âge de 3 ans, Elise nous apprend que la famille résidait à ce moment-là au 15 rue Sainte-Pécinne, qui deviendra la rue Sainte-Anne et  aujourd’hui  la rue Michelet dans une maison jouxtant le collège. Un troisième enfant naitra, Edgard, le 1er janvier 1851, lui au n°1 rue des Suzannes, à 100 mètres de l’établissement scolaire. Si la famille habitait bien au n° 1 de la rue en 1851, il n’est pas sûr que ce soit à l’emplacement où se trouve fixée la plaque, mais plutôt un peu plus bas dans la rue,  la numérotation ayant été depuis remaniée. La famille n’avait qu’à traverser la rue pour se rendre au collège (transformé en lycée impérial en 1853), le père comme professeur et les enfants comme élèves. À la rentrée de 1857, un nouvel établissement beaucoup plus spacieux  (aujourd’hui lycée Henri Martin) ouvrira ses portes à l’emplacement de l’ancien Champs de Mars. En 1862 Edouard Branly quittera Saint-Quentin et rentrera au Lycée impérial Napoléon à Paris.  

Edouard Branly père avait pris sa retraite en 1877, mais la famille  est encore inscrite sur les recensements de 1881 au n° 1 rue des Suzannes. Ils laisseront ensuite cette maison pour aller résider à quelques mètres, au n° 32 rue du Gouvernement, situé derrière l’abside de la Basilique. C’est là que décédera Elisa Branly-Gillion le 21 octobre 1890.

Retour en haut