Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Panneaux d'affichage

Par la ville:

Panneaux d'affichage

 

Les passants sont intrigués par d'immense tableaux en vieilles planches divisés en quatre parties égales et qui sont appliquées sur nos monuments historiques ou pas et en différents endroits d ela ville.

Ce sont "les panneaux".

Electeur ne tombe pas dedans surtout !

Il y en a 20 dans l'agglomération électorale saint-quentinoise.

Le " Journal de Saint-Quentin" a congrument expliqué l'autre jour qu'a cause des isoloirs il y aurait maintenant quinze sections de vote au lieu de sept.

De par la loi sur l'affichage, il y aura 20 panneaux , un par section de votes, soit quinze plus un par  3000 électeurs et comme il y en a 14 500 , quinze et quatre font dix-neuf mais comme le reste est supérieur  à 2000 , on en met un pour ce reste-là.

Donc 20 panneaux à coller les affiches.

La place réservé à chaque candidat est large de 90 centimètres: une affiche double-colombier de 85 de large. Il n'est donc pas possible à chaque candidat que de poser une affiche soit sa profession de foi et s'il en a assez de hauteur son nom.

C'est court et c'est idiot, car enfin on peut avoir  à exposer autre chose aux électeurs que son programme, qui est sensiblement le même pour tous les candidats. Quand on ne lit pas la sognature, il n'y a pas moyen de savoir qui parle.

Et puis les groupes politiques peuvent avoir à faire des communications au corps électoral.

Pas moyen. Tout affichage se reportant même de loin, de très loin, à l'élection ne peut se faire que sur les panneaux.

Il y a des peines féroces à l'usage des contrevenants.

Ainsi, il n'est plus possible d'annoncer une conférence par voie d'affichage.

Les ahuris qui ont libellé cette loi sont dignes de manger du foin.

Les imprimeurs pourraient objecter aussi que cette loi-là est dirigée comme la plpart des autres que le pays subit depuis longtemps contre l'industrie.

A la campagne, les panneaux sont faits plus simplement: un trac à la craie sur un mur par le garde-champêtre.

 

Le Journal de Saint-Quentin

Avril 1914

B.M. Fonds local.

Retour en haut