Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Ozenfant , un peintre Saint-Quentinois

M. Ozenfant, un peintre  Saint-Quentinois

M. Ozenfant malgré la sympathie personnelle qu'il nous inspire, car s'est un artiste convaincu , nous a souvent rebuté au début par l'étrangeté trop recherchée de ses sujets et leur réalisation trop sommaire de moins d'apparence, car il doit travailler avec autant de conscience tourmentée qu'il pense.

Dans l'article que le judicieux critique du "Temps" , M. Thiébaut-Sisson, consacre au Salon des Orientalistes ouvert en ce moment à Paris au Grand Palais nous relevons avec plaisir les lignes suivantes:

Ozenfant est un nouveau venu qui ne passera pas inaperçu des curieux, j'entends des curieux qui savent voir et se connaissent en tempéraments.  Celui-ci ne doit rien à personne, et ses observations se traduisent en interprétations d'une décision, d'une virtuosité et d'une variété  d'effets stupéfiants. Ozenfant a fait le voyage de Russie, et ses préparations l'ont conduit à travers les vallées de la Volga et de la Kama, jusqu'aux premiers contreforts de l'Oural. Les contrastes de cette nature primitive, indomptée, toute en colorations violentes, en harmonie  désordonnées et sauvages l'ont frappé. Au passage, il a noté d'une main preste , à la gouache, les spectacles qui l'ont séduit, et ces travaux fiévreux, emportés, traités avec une furie romantique, dont l'accord avec les spectacles qu'ils fixent est parfait, vous paraîtront comme à moi, d'une troublante séduction et de la saveur la plus neuve.

M. Ozenfant s'est marié à une charmante Russe, fille d'un haut fonctionnaire, et l'on comprend ainsi qu'il voyage en Russie et qu'il la voie mieux que ne ferait un touriste même très averti.

Quoiqu'il en soit, cette appréciation de Thiébaut-Sisson nous enchante et nous espérons pouvoir quelque jour, nous assurer par nous-mêmes de l'excellence de la voie où s'est engagé notre jeune citoyen.

Le journal de Saint-Quentin

Février 1914

B.M. Fonds local.

Retour en haut