Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Le nouvel hôtel de la Caisse d'Epagne

Le nouvel hôtel de la Caisse d’Epargne

 

Le jury chargé de juger la seconde épreuve du concours s’est réuni le 8 mai, sous la présidence de M. le docteur Muller, maire de Saint-Quentin.

Il a eu à examiner trois projets définitifs. C’est celui ayant pour devise Labor qui a obtenu la 1ère prime. L’auteur est M. Lebègue, architecte à Saint-Quentin.

La 2ème prime a été attribuée à M. Malgras, et la 3ème à M. Nimbeau, architecte du gouvernement à Clermont.

Le projet de M. Malgras se distinguait pas son charme d’élégance. Il était conçu dans le style Louis XV avec façade ayant le caractère d’intimité d’un hôtel particulier ; mais il a semblé que la place réservée aux bureaux ne s’accommoderait pas suffisamment d’une augmentation de personnel, toujours à prévoir dans une ville dont la population tend à s’accroître.

Dans le projet de Nimbeau les services publics sont installés au rez de chaussée, les autres locaux s’étagent dans un haut bâtiment en façade. L’enceinte spacieuse où attend le public peut contenir amplement la clientèle de l’établissement. Le bureau du trésorier est assez éloigné du public et le cabinet du directeur de service parait sacrifié.

La façade est en pierre, inspiré du mode de construction locale.

L’heureuse disposition du projet Labor  paru devoir faciliter le fonctionnement  des services, notamment pas l’aménagement de vastes bureaux avec guichets de versements, de remboursements, du contrôle et de la caisse qui s’ouvrent autour d’une salle rectangulaire qui se présente en profondeur.

Le vestibule et ses dégagements ainsi que le hall aux grandes portées sont simplement et largement compris. Les archives courantes ont leur dépôt contigu à la salle. Les bureaux du trésorier et de l’administration permettent un contact facile aves les employés.

La façade s’apparente avec notre architecture française par sa sévère ordonnance de colonnes montant de fond. C’est du classique rajeuni par la modernité des détails. En résumé, la composition est logique et bien équilibrée, sachant rester dans les limites d’une sage mesure.

C’est donc le projet de M. Lebègue qui a été admis. Tous nos compliments à notre dévoué concitoyen.

 
Le Guetteur.

Mai 1913

B.M. Fonds local.

Retour en haut