Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois ❯ Maison à vendre en 1820.

Une maison à vendre ou à louer en 1820.

Cette maison est située dans la rue du Collège ( rue de la Sous-préfecture aujourd'hui). Elle tient d'une lisière aux héritiers de Melle Soyer, d'autre à une petite rue qui mène à l'Eglise d'un bout par derrière au Sieur Longuet, d'autre par dessus à la dite rue du Collège.

On y entre par une porte-cochère, sous laquelle est une remise.

La cour est assez grande pour y faire tourner un chariot: au bout se trouvant un petit jardin, exaucé de deux pieds, planté d'arbres fruitiers en bon rapport; un poulailler, deux  cabinets d'aisance, une écurie où il peut tenir six chevaux, ayant une porte de derrière: à côté de l'écurie est une belle et grande remise, fermée d'une porte à deux battants.

Dans la cour, à la porte de la cuisine, il existe un puits dont l'eau est excellente.

Cette cuisine , grande et bien éclairée, renferme fourneaux, cheminée, four et lavoir; à côté de la cuisine est une office bien utile.

Un beau porche conduit à cinq places de plein pied, au rez-de-chaussée, planchéiées, lambrissées, dont l'une, celle du milieu , est  une antichambre fort belle qui peut servir de salle à manger, d'autant qu'il s'y trouve une office qui fait partie des cinq places; à droite est un beau salon, et à gauche une grande salle avec chacun une grande porte à deux battants en vis-à-vis; dans la dernière se trouvent deux grands cabinets bien éclairés qui peuvent servir de chambres à coucher: le tout a jour par six fenêtres sur la rue et deux sur la cour.

Un escalier facile , avec rampe en bois et sans marches tournantes, même dans le haut.

A droite sont trois belles places avec porche, corridor, antichambre et cabinets, prenant jour la première par trois fenêtre sur la rue; le tout planchéié et plafonné, à l'exception de la première chambre qui est carrelée.

A gauche de cet escalier, un corridor mène dans trois places à feu, prenant jour sur la petite rue, avec cabinets noir et autres: il existe au-dessus un petit grenier pour mettre des fagots.

Un second escalier conduit à deux greniers , dont l'un à gauche, est éclairé par une croisée sur la rue et une sur la cour, et couvert partie en tuiles et partie en ardoises; l'autre, à droite, pris sur toute la longueur de la maison, planchéié, couvert comme le premier , est éclairé par trois croisées sur le devant et deux sur le derrière; tous deux sont bien fermés.

La maison contient aussi deux celliers, chacun avec leur soupirail, dont l'un est fermé et conserve très bien la boisson ; plus , une cave profonde et fort belle. les amateurs pourront s'adresser à Madame veuve Jorand, rue du Gouvernement , n° 590, ou à Maître Déalle, avoué , rue de la Prison, n° 1125.

L'acheteur trouvera de grandes facilités pour les payements, et s'arrangera, s'il le veut , avec la propriétaire, pour divers meubles, tels que glaces qui y sont toutes posées, butoir, etc.etc.

Journal de Saint-Quentin

B.M. Fonds local.

Retour en haut