Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois ❯ La maison de l'Ange

La maison de l'Ange

                                                          

Elle s'élevait sur la Grand Place depuis le XVIème siècle Elle a disparu en 1842 quand on a bâti la nouvelle place de spectacle.

On l'avait appelée ainsi car une enseigne représentait l'archange saint Michel

C'était l'une des plus belles maisons de la ville. La façade avait été sculptée en Angleterre en 1598.

Jules Hachet, ancien président de notre société en fait la description suivante:

"Elle portait alors pour enseigne: La Fontaine de Jouvence et comme dans les anciennes maisons des villes de Rouen, Lisieux, Compiègne et Beauvais, elle avait le pignon de coupe aigüe, formant une saillie qui abritait les étages inférieurs. Le toit est d'une hauteur énorme et la charpente admirable de solidité. La brique qui se mêlait dans la façade aux bois apparents, dont elle remplissait les intervalles complétait ainsi  un ensemble de décoration simple et harmonieux.

Le rez-de-chaussée était destiné à l'ouvroir. Le premier et le deuxième étages, éclairés chacun par une double fenêtre en croix, étaient réservés à l'habitation.

A l'intérieur, la maison était très simple, se composait de grandes pièces modifiées par les différents propriétaires qui l'avaient occupée."

En 1773, on voulut bâtir une salle de spectacles à l'emplacement de la Halle aux Laines , la maison de l'Ancienne Rôtisserie et la maison de l'Ange. Mais la veuve Orcel refusa de sortir de chez elle . La salle de spectacle ne fut construite qu'à l'emplacement de la Halle aux Laines. Comme elle était trop exigüe, on décida en 1840 d'en construire une plus grande. La maison de l'Ange devenue l'hôtel de l'Ange fut démolie.

La façade fut mise aux enchères, achetée par le duc de Vicence et transportée au château de Caulaincourt.

 

Retour en haut