Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nos écoles au fil du temps ❯ Les anciennes écoles privées

Les anciennes écoles privées

La loi du 18 août 1792, supprime les congrégations et leurs immeubles sont vendus comme bien nationaux.
Mais devant l’impossibilité de rémunérer correctement les maîtres, l’enseignent libre est à nouveau autorisé, le 29 frimaire an II, à condition d’être déclaré en mairie. Le 4 messidor an XII, les congrégations religieuses peuvent reprendre la pratique de l’enseignement dont elles étaient privées depuis 1892. Mais la différence d’instruction entre les différentes maisons est très sensible. La loi Guizot du 28 mars 1833 confirmera la
possibilité d’existence de l’enseignement primaire privé.
Au XIXème siècle de nombreuses écoles et pensionnats ouvriront à Saint-Quentin. La liste est longue et on ne citera que les plus importantes et celles qui ont laissé une trace.
Écoles de garçons : L’institution St-Louis, 664 rue du Tripot ou rue Saint-Nicolas (rue disparue
aujourd’hui) dans l’ancien grenier à sel.
Les Frères des Écoles chrétiennes qui seront par intermittence, rue des Bouloirs (salle Saint- Joseph, rue Émile Zola), 1 place Saint-Quentin (Maitrise de la Basilique) et 22 rue Saint-Lazare, située au faubourg d’Isle, actuelle rue Baudin.

École des Frères, 22 rue Saint-Lazare, actuelle rue Baudin
© Collection particulière

                                        École des Frères, 22 rue Saint-Lazare, actuelle rue Baudin © Collection particulière

Un pensionnat primaire, 2 rue Saint Thomas (actuelle rue Voltaire)


Écoles de Filles :
1 rue de l’Official, 26 rue Camille Desmoulins, et 61 rue de la Raffinerie

                                                       École libre de Mlle Objoie, 1 rue de l’Official © Collection particulière

Institutions : 21, rue des Patriotes, 59 rue Saint-Thomas, 13 rue du Petit Origny, 15 rue du Gouvernement (Lefevre et Chesneau) , 51 rue du Gouvernement (Les Dames de la Croix), 17 rue de la Fosse, actuelle rue Marc Delmas (Sainte-Marie - Augustines), 38 rue de la Raffinerie (École du Sacré-Coeur des franciscaines de Parpeville, rue de Paris (les Servantes du Coeur de Jésus), 34 rue du Gouvernement (culte protestant - Mlle Mollard)

                                             Institution de Mlle Chesneau, 15 rue du Gouvernement © Collection particulière

    Institution Sainte-Marie (Augustines), 17 rue de la Fosse, actuelle rue Marc Delmas © Collection particulière

Certaines écoles fermeront, lors de la promulgation de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État : École des Frères, Augustines, de la Croix, du Sacré Coeur, d’autres suite à des liquidations judiciaires.

Externat de Jeunes filles, 26 rue Camille Desmoulins
© Collection particulière

                                                 Externat de Jeunes filles, 26 rue Camille Desmoulins © Collection particulière

En 1913, l’école Saint-Joseph, rue Guillermin rouvrira.
                                                

                                                Externat de Jeunes filles, 26 rue Camille Desmoulins © Collection particulière

Certaines usines, à partir de 1886 auront aussi leurs propres écoles comme les Ets Hugues-Cauvin, Pluchart, Trèves, West-Thir.

 

Retour en haut