Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois ❯ Inscription latine de Santeuil

Sur la façade de l'hôtel de ville: L'inscription latine de Santeuil

Jean Santeuil est né à Paris en 1630.

Le roi Louis XIV faisait alors  graver sur les monuments de Paris des inscriptions qui bien entendu le magnifiait. Santeuil réussit à persuader le roi qu'il fallait écrire ces épigraphes en latin. Les grandes villes voulurent imiter cet engouement, elles aussi, en perpétuant les grands moments de l'histoire.

En 1660,les Saint-Quentinois  avaient un grand fait marquant à rappeler ... le Siège de 1557. Santeuil grava donc l'inscription suivante à la demande de la municipalité:

 

Plusieurs traductions ont été faites par des universitaires de l'époque.

Par Fiot, professeur de l'Université

Cesse de nous vanter tes murs et tes batailles,                                                                                       

Rome; viens admirer ces vivantes murailles,                                                                                                 

Ces hardis citoyens, qui, dans le champ de Mars,                                                                                  

Servent à leur cité d'invincibles remparts;                                                                                                       

Où la seule valeur, sans murs pour se défendre,                                                                                           

Sait braver mille morts, plutôt que de se rendre.                                                                                         

Leur ville, pour marquer qu'un grand cœur vit toujours,                                                                     

Lorsque pour la Patrie il immole ses jours,                                                                                           

Consacre au souvenir d'une action si belle                                                                                                      

Sur ce marbre parlant une gloire immortelle.

 

Autre traduction par Nicolas Desjardins, principal du collège de Saint-Quentin

Prête à le voir en feu, plutôt que de me rendre,                                                                                 

Jusqu'aux derniers abois, j'ai voulu me défendre;                                                                                         

D'onze assauts à la fois, j'ai soutenu l'effort;                                                                                                  

J'ai vu mes citoyens dévoués à la mort,                                                                                                            

La braver en héros, et pour sauver la France,                                                                                                 

De mes murs abattus remplacer la défense.

Tous se sont immolés, mon sein fut leur tombeau:

Pouvaient-ils , en mourant, trouver un sort le plus beau ?                                                                             

Je fus prise, il est vrai; mais tombant , j'eus la gloire                                                                                      

De vendre à mes vainqueurs chèrement la victoire.

 

3ème, par Quentin-Joseph Hanquet , chanoine de l'église royale de Saint-Quentin

Vas, Rome, ose à présent vanter les boulevards;  

La valeur sait bien mieux illustrer nos remparts;

L'ennemi nous menace et sa fureur extrême;

Tout citoyen est mur, et suffit à lui-même.

La ville, sur ce marbre, en traçant ces beaux faits,

Veut que le souvenir ne s'en perde jamais.

 

4ème par Jacques Blondel , avocat au bailliage de Saint-Quentin et ancien mayeur de cette ville.

Ne te vantes pas davantage,

Rome ! à mes murs viens rendre hommage:

Teints du sang de mes  concitoyens,

Ils ont plus d'honneur que les tiens.

Mes murs tombent: la brèche ouverte

Aussitôt annonce ma perte;  

Dans mon sein, l'ennemi vainqueur

Porte le carnage et l'horreur.

Mes citoyens sont mes murailles

Un rempart contre sa fureur.

Héros, qui pour votre patrie

Avez consacré votre vie  

Vous serez éternellement  

Placés au temple de mémoire,  

Et ce marbre est le monument 

Qui fera vivre votre gloire

Retour en haut