Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nouvelles d'Autrefois ❯ Le goudronnage des rues

Le goudronnage des rues

En 1904, les saint-quentinois se plaignent beaucoup de la poussière quand ils traversent le quartier de Remicourt en empruntant l'avenue de Remicourt et la rue Charles Picard. La circulation des voitures, tramways et  bicyclettes est très importante. On est obligé de fermer les fenêtres  surtout en été. Ne parlons pas des passants qui avalent  la poussière!

M. Caremelle , agent-voyer, décide d'utiliser un nouveau procédé pour faire la chasse à cette poussière. On va goudronner ces deux rues selon un nouveau procédé : le westrumitage qui donne l'impression de déposer un vernis sur les chaussées.

M. de Westrum est un ingénieur hollandais qui a inventé un procédé pour lutter contre la poussière. Il préconise d'étaler sur la route un mélange d'"un liquide provenant de la manipulation d'un corps gras obtenu en émulsionnant dans l'eau du goudron d'huile minérale à l'aide d'ammoniaque et d'autres sous produits du pétrole. Ce liquide découvert par le chimiste allemand Boleg, revient à très bon marché et le liquide résultant de la manipulation est coulant et très facilement maniable. Il suffit de le répandre simplement , à la façon dont on arrose les rues , au moyen d'un tonneau d'arrosage. Il n'est pas nécessaire de le chauffer , ni de l'exposer au soleil.

La chaussée ainsi arrosée avec 10 litres de produit et 100 litres d'eau à alors une couleur café au lait et conserve un aspect d'humidité qui s'oppose à tout soulèvement de poussière  pendant 3 ou 4 semaines pour la maintenir en bon état." (1)

M. Caremelle essaie en espérant que le public ne jugera pas trop vite le résultat. Il n'oubliera pas de jeter une couche de sable pour une meilleure adhérence .

(1) Revue municipale ( Paris 1897. Gallica )

Retour en haut