Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Gabriel Girodon a le prix de Rome

 

Paris. Samedi, 20 juillet 1912

 

Gabriel Girodon a le prix de Rome

                                                     

                                                                          Gabriel Girodon

 

     Gabriel Girodon élève de l’école De La Tour, pensionné par la ville  à l’Ecole des Beaux Arts, vient d’obtenir aujourd’hui le prix de Rome de peinture.

    Nous avons donné hier le sujet de ce peintre : Oedipe embrassant le corps de ses fils qui se sont entretués sous les murs de Thèbes.

     M. Gabriel Girodon est né à Saint-Quentin le 11 avril 1881. Il fut élève à l’orphelinat Cordier, où les sœurs favorisèrent tant qu’elles le purent ses remarquables dispositions pour le dessin.

     En 1893, on le présenta à M. Hanotaux, ministre, qui lui fit cadeau d’une boîte de couleurs. Excellent élève de l’Ecole gratuite où il remporta le prix Lécuyer et tout ce que l’on pouvait avoir, il partit tout jeune pour Paris, pensionné par la ville et entra à l’Ecole des Beaux-arts atelier Corman- tout en suivant les cours de l’académie Julian. 

      Là encore, il eut à peu près tous les prix qu’un bon élève peut obtenir. Tout dernièrement il était classé premier au concours Chenavard, ce qui était bon signe pour son « Labourage en automne », dont il avait envoyé l’étude à l’avant dernière exposition des Amis des Arts.

      Nous avons dit hier que le concours de Rome avait été faible cette année par la critique, mais nous ne voulons plus savoir qu’une chose, c’est que Gabriel Girodon en sort vainqueur et que cela est un honneur pour la ville qui espérons-le lui témoignera publiquement sa satisfaction et lui prodiguera ses encouragements.

      Il y a un précédent mais qui n’a pas fait grand bruit, et pour cause. En 1870, M. Lematte de Saint-Quentin obtenait le prix de Rome à la veille de la déclaration de guerre. M. Lematte s’est cantonné dans de petites scènes de genre.

      Gabriel Girodon qui est un dessinateur consciencieux et à qui il ne manque que la révélation- qu’il aura en Italie- de la belle lumière pour devenir un coloriste, laissera, nous l’espérons un nom dans les arts et ses œuvres contribueront à l’embellissement des édifices de sa ville natale.

      Nous lui adressons nos chaleureuses félicitations.

Journal de St-Quentin

B.M. Fonds local.

Retour en haut