Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nos écoles au fil du temps ❯ École Maternelle Xavier Aubryet

École Maternelle Xavier Aubryet

10 rue Xavier Aubryet

L’école maternelle Xavier Aubryet nous laisse un témoignage intéressant sur la conception que l’on avait d’une école en 1912, époque de sa construction.
La lecture d’un état descriptif rédigé à Saint-Quentin le 12 juin 1920 par l’expert de la Ville, Mr Ferdinand Israël, architecte nous donne les éléments suivants sur l’établissement scolaire.
Nous sommes dans une période de l’après-guerre de 1914/1918 et les villes font l’état de leur commune en déclarant leurs dommages de guerre.(Application de la loi du 5 juillet 1917).
Voici donc la constitution de l’école:
-Un préau couvert,
-Une galerie vitrée,
-Une salle d’exercices à droite du
pavillon,
-Deux salles d’exercices à gauche du pavillon,
-Un pavillon central avec sous-sol - rezde-chaussée pour les divers services (parloir pouvant servir aussi aux visites médicales, salle d’isolement pour l’enfant reconnu contagieux, réfectoire et salle de dépôt des paniers,…) , à l'étage pour le logement de la Directrice et un grenier.
-Les privés des maîtresses et des enfants, urinoirs adossés contre mur mitoyen.
-Un abri couvert vitré au dessus des privés et urinoirs.
-Une cour avec escalier de service.
-Des murs de clôture avec grille.


© Collection particulière


L’inauguration de cette école est un événement important.
Il faut imaginer l’instant:
« ...le car de Rocourt amène sur le tas une foule de messieurs en chapeaux haute forme. » écrit un journaliste.
Toutes les personnalités de la Ville sont là.
A l’issue des discours, on apprend que la construction de cette école est envisagée pour la 1ère fois le 9 novembre 1909.
Au moment de la construction de la crèche, rue de Ham, le terrain est déjà destiné dans la tête des élus à la
construction d’une école.
Il faudra attendre avril 1911 pour que le conseil municipal sollicite Mr Israël, architecte afin qu’il prépare le projet
d’exécution.
Le 12 mars 1912, le projet répond à toutes les exigences des règlements scolaires comme à celles d’une hygiène absolue.
Les travaux commencent le 1er septembre de l’année courante.
« ...d’une façon générale, je reste songeur en pensant aux vieilles écoles de jadis, sombres, aux murs humides et mal blanchis, aux fenêtres basses et parcimonieusement distribuées. Ici, c’est un clair et gai spectacle. On n’a ménagé ni l’espace ni la lumière et tout serait parfait s’il ne manquait aux murs de quoi provoquer l’attrait des yeux , en un mot la décoration susceptible de donner aux jeunes enfants du peuple une vision d’Art à laquelle le logis paternel ne les habitue malheureusement pas et qu’ils ont le devoir d’avoir comme leurs
petits camarades plus fortnés... » commentera le même journaliste.

D'hier à aujourd'hui

La salle de propreté dessinée depuis la galerie vitrée est devenue une cuisine.
© Collection particulière


Le parloir a gardé une fonction similaire puisque le public y est reçu: c’est aujourd’hui le bureau de la directrice.
© Collection particulière


La salle de repos est toujours une salle de repos… Le réfectoire, le parloir et la salle de dépôts des paniers ont été redistribués pour offrir une grande cuisine et un bureau pour la direction de l’école.
© Collection particulière


Une salle de classe: un siècle sépare précisément ces « clichés ».© Collection particulière
© Collection particulière

© Collection particulière


Les éléments de la façade d’origine sont tous présents et très bien conservés.
© Collection particulière

                                                         


Photographie d’élèves dans la cour del’école. © Collection particulière


Xavier Aubryet                

                                                                                                                                                                                                

                                                                                    Xavier Aubryet vu par le caricaturiste Nadar.


Xavier Aubryet (1827/1880) était un « littérateur » et publiciste, élevé à Saint-Quentin. Il sera nommé Chevalier de la Légion d’Honneur

 

Retour en haut