Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nos écoles au fil du temps ❯ École de garçons Sainte-Anne - Fondation Brunel - École de garçons Michelet

École de garçons Sainte-Anne - Fondation Brunel - École de garçons Michelet

Situation de l’école Sainte-Anne en 1890 qui était mitoyenne à l’école maternelle (asile Sainte-Anne) (plan

Situation de l’école Sainte-Anne en 1890 qui était mitoyenne à l’école maternelle (asile Sainte-Anne) (plan monumental)

La première école à enseignement mutuel se trouvait à l’emplacement de l’ancien arsenal. Des travaux importants et couteux s’imposant, il est décidé, le premier février 1841, de la transférer au n° 35 rue Sainte-Anne (actuelle rue Michelet). Le conseil municipal vote un crédit de 21 500 F pour sa réalisation. Ce sera chose faite fin 1842, après l’achèvement des travaux. Elle prendra le nom de la rue, mais aussi celui de « Fondation Brunel ». Louis Joseph Brunel avait légué à la ville par un testament du 24 juin 1823 une somme de 36 000 F et une autre de 3 000 F ainsi qu’une maison au n° 507 rue Sainte-Anne. Ce legs a servi à constituer une rente pour l’entretien de l’école des frères, de l’Arsenal, puis de cette dernière. L’école est composée en rez-de-chaussée d’une grande classe au modèle des écoles mutuelles et d’un préau. Celui-ci, qui n’était pas chauffé, ne servait pas seulement aux enfants pour se mettre à l’abri des intempéries, mais aussi de préparation à la classe en début de matinée et pour déjeuner le midi. En 1844, il est décidé de fermer les ouvertures à clairevoies par des croisées.
Le bâtiment principal se compose au rez-de-chaussée de deux classes, dont une petite au fond pour les moniteurs, éclairée par une courette. Elles sont séparées par le préau et le logement de l’instituteur se trouve à droite. La grande salle du premier étage a une longueur de 19,90 m, une largeur de 9,65 m et une hauteur de 4 m. Elle voit le jour par des ouvertures pratiquées dans le toit et dans les pignons à chaque extrémités du bâtiment.
En 1872, l’école accueille 320 à 320 élèves, dont 150 à la classe mutuelle. Ce chiffre chutera à 260, en 1876 avec l’ouverture de l’école du Faubourg d’Isle.
Le 27 décembre 1888, il est créé deux postes d’adjoints et des travaux sont effectués pour transformer l’enseignement en mode simultané. On établira trois classes dans la grande du premier étage et on agrandira la petite du bas en supprimant le couloir, augmentant ainsi sa capacité de 30 à 45 élèves.
En 1889, Mr Largillier arrivé le 1er juillet 1873 dirige l’école avec 4 adjoints titulaires. Les classes comptent alors 60 à 90 élèves chacune.
En 1899, un rapport signale les conditions défectueuses d’hygiène de l’école. Celle-ci accueille 300 élèves dans 5 classes dont 3 sont dans un premier étage mansardé sous les combles, l’éclairage se faisant dans celle du milieu par un châssis pratiqué dans la couverture. Au rez-de-Chaussée, la classe du fond ne voit la lumière que par la petite cour. Le règlement prévoit une surface de 1,25 m² et les 5 classes réunies ont une surface de 285 m² pour 300 élèves au lieu de 375 m². Il manque 90 m². Il en est de même pour la cour qui ne fait que 230 m². Pour remédier au plus pressé, il est décidé de raser l’ancien asile de nuit adjacent, d’une surface de 285 m²et d’adjoindre l’école maternelle mitoyenne, transférée rue des Patriotes. Situé au n° 37, l’immeuble comprend deux classes de 167 m², un préau de 85 m² représentant avec la cour une surface totale de 715 m². L’école Sainte-Anne aura alors une surface de 1 800 m². On éclairera le rez-de-chaussée par la cour de l’ancienne école maternelle et on supprimera la classe du milieu au premier étage en agrandissant les deux autres qui voient bien le jour grâce aux deux fenêtres ouvertes sur les pignons. Deux autres classes seront installées dans l’ancienne école maternelle. Ces aménagements donneront une surface par élève de 1,50 m².


En 1909, il est projeté de reconstruire l’école. Ce sera approuvé par la préfecture le 28 septembre 1910. Les travaux dureront de 1912 à 1914. La ville aura l’occasion de porter la surface de la cour de l’école à 1 400 m² en achetant une propriété adjacente de 800 m², celle de M. Massart, situé au n° 39 de la rue.
 

Retour en haut