Articles, photos, gravures

Articles ❯ Nos écoles au fil du temps ❯ École François Villon

École François Villon

Rue François Villon, champ de manœuvre

François Villon (1431-1463) (Image gravée sur bois présumée représenter le poète) © Larousse

En 1977, on commençait la démolition des PSR ( Programme social de relogement ) de la cité François Villon, qui allait faire disparaître en même temps l’école, pour raison d’insalubrité et d’insécurité. Les habitants furent relogés conformément aux lois et textes en vigueur.
Les enfants furent inscrits dans l’école de leur nouveau secteur scolaire.


© Collection particulière


© Collection particulière


© Collection particulière
La cité Villon en 1968


La cité François Villon était en plein champ, à l’emplacement de ce qui avait été appelé Champ de manoeuvres, là où venaient s’entraîner les soldats du 87 R.I. avant la guerre 14.
Un dépôt d’ordures avait ensuite pris place. A côté s’était formé un bidonville à 3,5 km de l’hôtel de ville, 1,5 km de la ZUP nord-est. Les habitants vivaient dans des logements de fortune, des caravanes ou des roulottes.
En 1968, le dépôt d’ordures est fermé et 52 P.S.R. sont construits, des « pavillons » de 2 à 6 pièces avec une petite salle d’eau dont le sol en cuvette peut servir de receveur de douche et des cabinets à la turque … 45 garçons et 52 filles mineurs vivent sur les lieux. Ils sont scolarisés dès le plus jeune âge.


Construction des P.S.R. en 1968       © Collection particulière


L’école la plus proche, Robert Schuman, est à 2 km. Un ramassage scolaire est organisé le matin à 8 h mais le soir c’est le retour à pieds. Le midi, ils doivent rentrer chez eux car ils n’ont pas la possibilité de manger à la cantine. On décide alors de mettre en place une annexe avec deux classes préfabriquées qui pourraient accueillir les plus jeunes : une classe enfantine et un CP/ CE.
Une quarantaine d’enfants fréquentent l’école, des enfants de la cité qui restent regroupés et ayant les mêmes problèmes.


Décembre 1980, presque toutes les familles ont été relogées. L’école n’accueille plus que quelques enfants dont les parents vivent toujours à proximité dans des caravanes. Pour la fin de l’année scolaire, elle sera démolie.
Les derniers enfants résidants iront à l’école maternelle Robert Schuman en bus.
Aujourd’hui, le stade Paul Debrésis et des jardins ouvriers ont pris la place de la cité François Villon.

Retour en haut