Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Le chantier de la Basilique

 

Le chantier de la Basilique

 

Le chantier de la Basilique est de nouveau animé et les énormes blocs de Saint-Maximin y culbutent avec un bruit sourd et en ébranlant les maisons de la calme place Saint-Quentin.

D’habiles tailleurs de pierre les détaillent et ils prennent le chemin du ciel dans la petite benne qui l’enlève plusieurs fois par jour un treuil clignotant et primitif. Et puis, par la même voie, on descend les vieilles pierres du Catelet, effrités, lépreuses et qui n’ont plus forme architecturale. Elles s’en vont sur les chemins.

Ces travaux sont faits avec un soin extrême et s’ils coûtent cher, on en a pour son argent.

Quand à leur conception ! Euh ! Euh !

Oh ! C’est très habile, très savant. C’est même plus quatorzième siècle que nature.

Enfin, admettons !

Des sept contreforts exposés au midi en avant du transept, trois vont être refaits et s’il y a des crédits suffisants on continuera, en voilà pour une cinquantaine d’années.

Ces travaux ont été commencés il y a quatre ans de ce côté.

La visite de ces restaurations était l’occasion d’une nouvelle promenade autour de la collégiale.

Cette fois, ce fut par la galerie extérieure du bas des fenêtres du chœur, ces admirables verrières par où est passé l’arc-en-ciel.

Il faut les voir de dehors.Quelle ruine ! Quantité de morceaux d’ardoise collés avec du mastic bouchent les trous. Une décomposition chimique causée par le vif oxygène pendant cinq siècles a rongé le verre et l’a poudré d’une poussière tenace qu’il serait bien curieux d’analyser. Le plomb est oxydé, lui aussi ; le fer est rongé ; la carcasse de pierres est déjetée, mais quelle grandeur a cette ruine apparente et, de l’intérieur, comme ces verrières dont les sujets ne sont plus guères perceptibles, éclatent ! Le soleil du matin y fait passer des poignées de pierres précieuses.

Les restaurer serait les tuer. Heureusement, nous ne verrons pas cela. C’est trop loin encore du point où la finance publique arrête l’art officiel.

Lebadaud.

Journal de saint-Quentin

Octobre 19S2

B.M Fonds local

Retour en haut