Articles, photos, gravures

Articles ❯ Saint-Quentin , il y a 100 ans ❯ Cellier d'Amerval

 

A l’hôtel d’Amerval

Le cellier

La société académique avait décidé de se rendre en corps aujourd’hui sur le terrain de l’hôtel d’Amerval où va s’élever la nouvelle caisse d’Epargne afin de visiter la pièce souterraine sur laquelle un des membres de la compagnie avait appelé l’attention de ses collègues.

A 11 heures étaient réunis MM. Emmanuel Lemaire, Pilloy, Th Eck, l’abbé Delorme, Dr Robert, Dr Jourdain, Ghérard, Vivien, Agombard, David, Ch. Journel, Elie Fleury. MM. Bachy, vice-président et Largillière, trésorier de la Caisse d’Epargne ainsi que M. Sarché, entrepreneur, attendaient la délégation et lui ont facilité la visite des lieux, ce dont il convient de les remercier.

L’opinion fut unanime sur la belle conservation, l’harmonie majestueuse de ce « cellier », comme il est qualifié dans les actes successifs de vente de la maison. Sur la date de sa construction, on batailla quelque peu, mais la majorité tomba d’accord que ce cellier datait des environs de l’an 1200, bien que M. Pilloy, notamment, soutint que le chapiteau du pilier central qui reçoit tout l’effort des voûtes fût de style roman.

En tout cas, c’est le plus ancien monument de Saint-Quentin.

Est-il possible de le conserver, quitte à le réparer plus tard ?

Cela ne fait pas de doute. C’est une question facile à résoudre avec un peu d’argent car la crypte, allant jusque sous le trottoir de la rue du Palais de Justice, certaines précautions seraient à prendre pour éviter un affaissement sur la voie publique.

Une requête en ce sens sera adressée à l’administration de la caisse d’Epargne.

Nous voulons croire qu' elle sera bien accueillie.

Le Guetteur.

Mars 1913

B.M. Fonds local.

Retour en haut