Articles, photos, gravures

Articles ❯ Les abbayes et couvents ❯ Abbaye de Saint-Prix (première)

Abbaye de Saint-Prix (première)

                  

     Sceau de l'Abbaye de Saint-Prix             Contre-sceaux de l'Abbaye de Saint-Prix

                                                       (Dessins de Joachim Malézieux)

 

                                            

                      Situation de l'emplacement de l'Abbaye sur un plan de Charles Gomart

 

La première Abbaye de Saint-Prix était située au sud-ouest de Saint-Quentin, en dehors des remparts de la ville.

C’est à cet endroit, qu'autrefois,  les Comtes de Vermandois auraient eu un palais ou château appelé « Le Breuil ». Héribert II y aurait peut-être gardé prisonnier le roi Charles III le simple en 923. C’est en 944, que Albert Ier, Comte de Vermandois, pour expier les fautes de son père, convertit ce lieu et fonda une Abbaye bénédictine. On lui donna le nom de Saint-Prix, pour honorer un évêque de Clermont, assassiné en Auvergne en 676.

Son emplacement, sur une hauteur, un plateau au-dessus des rives de la Somme, entouré à l’est par la zone marécageuse du Gronnard et de la rivière, domine la ville de Saint-Quentin.

L’Abbaye sera détruite vers 1358 et reconstruite, mais, craignant que d’éventuels assiégeants ne s’y installent et menace la ville, on demande aux moines de se transporter à l’intérieur des murs de Saint-Quentin. Ceux-ci reviendront par la suite, jusque 1471 où Louis XI fit démanteler les murailles et les tours du bâtiment.

Il ne subsistera qu’une ferme « La cense Saint-Prix » et une chapelle comme l’indique un plan cadastral  napoléonien du début du XIXème siècle.

Aujourd’hui, il nous reste un nom « La rampe Saint-Prix ». Au n°1, lors de l’installation d’une entreprise de Pompes funèbres sur le site, en 2004,  on retrouva des vestiges de l’ancienne Abbaye.

       

              Saint-Quentin - vue, de l'emplacement de l'Abbaye de Saint-Prix

Retour en haut