Articles, photos, gravures

Articles ❯ ❯ Il y a 200 ans, du 26 novembre au 2 décembre 1818

Il y a 200 ans, du 26 novembre au 2 décembre 1818.

10 naissances seront constatées par le maire de Saint-Quentin, , François Nicolas Antoine de Baudreuil :

2 garçons : Louis François Seneschal, teinturier, domicilié 541 rue du Collège et Florimond, déposé au tour de l’Hospice civil de père et de mère inconnus

8 filles : Adèle Zélie, née hors mariage, fille de Clotilde Albertine Robert ; Hortense Eugénie, née hors mariage, fille de Marie Nicole Duschene, domiciliée au faubourg d’Isle ; Marie Louise Alexandrin, fille de Jean-Baptiste Estalon, fileur, domicilié 1282 rue de la Grange ; Constance, fille d’Antoine Doville, jardinier, domicilié 55 faubourg Saint-Jean ; Thérèse Sophie Louise Juliette Céline, fille de Marie Bonaventure Javier  Joseph Theillier, marchand de charbon, domicilié 924 rue d’Isle ; Aline, fille de Quentin Victor Théophile Villemant, entrepreneur des convois militaires, domicilié 808 rue d’Isle ; Amélie, fille d’Alexandre Joseph Baurieu, fileur, domicilié au faubourg d’Isle et Eliza Virginie, fille de Marie Claude Maurice Ribeau, serrurier.

Aucun mariage ne sera célébré.

9 décès seront constatés :

4 enfants :  Auguste Joseph Henry, 19 jours, fils de Joseph Isac Dubreuil, serrurier, domicilié rue Croix-Belle-Porte ; Charles Louis Magloire, 3ans, fils de Jean Charles Mignot, serrurier, domicilié rue de l’Etoile ; Louis Théodore, 7 ans, fils de Louis Théodore Gourlin, tisseur, domicilié rue d’Isle et Maurice, 7ans, fils de Maurice Saget, manouvrier, domicilié à Oëstre.

2 hommes : Henri François Leblond, commis, 21 ans, domicilié rue d’Isle et Pierre Fortier, 68 ans 2 mois, curé de Saint-Quentin, archidiacre de l’arrondissement, chevalier de l’ordre royal de la Légion d’Honneur

3 femmes : Elisabeth Bayeux, 82 ans, domiciliée 143 faubourg d’Isle ; Laurence Damarice Pagé, 44 ans, épouse de Charles François Demoulin, garçon brasseur, domiciliés 476 rue Bruslé et Marie Cécile Tordeux 65 ans, domiciliée rue du Grenier au Sel.

 

Retour en haut